Ajoutez ce site à vos favoris Page d'accueil Plan du site Contactez-nous Recommander ce site Identifiez-vous Retrouvez notre fil info RSS
 
Observatoire Chrétien de l'Entreprise et de la Société L'OCHRES exerce une mission d'observation des problèmes économiques et sociaux, particulièrement de ceux qui relèvent des interactions entre l'entreprise et la société.

Observatoire Chrétien de l'Entreprise et de la Société

L'OCHRES exerce une mission d'observation des problèmes économiques et sociaux, particulièrement de ceux qui relèvent des interactions entre l'entreprise et la société.

 
 
 
 
 
 

Editorial

Réflexions de période préélectorale…

 

 

Qu’on soit chef d’entreprise ou candidat à la Présidence de la République s’afficher comme chrétien fait monter, surtout chez les non-chrétiens,  le niveau d’exigence morale attendu.

Ainsi, le pape François bénéficie t il de son choix de  vie conforme à la pauvreté évangélique... et c’est sur ce même terrain que des ennemis de François Fillon lui font perdre de la crédibilité.

 

De même que l‘entreprise n’est pas le même objet pour son  patron et pour ses employés, les équilibres économico financiers généraux et la réforme des institutions échappent à  la France populaire, concernée par ses conditions de vie. Cette « France des oubliés » (Marine le Pen) souffre du chômage, de la crise du  logement, des délocalisations, de la concurrence du « plombier Polonais » (lequel fut le facteur déterminant du BREXIT) . C’est François Fillon qui s’oppose le mieux au chômage et au manque de logements :

 

- Il combat, en particulier, la principale cause  du refus par les patrons d’embaucher en CDI    en introduisant la condition de séparation dans le contrat d’embauche.

 

- Il remet sur le marché de multiples locaux inoccupés en permettant aux propriétaires de les récupérer par une décision judiciaire accélérée et  réellement appliquée   si les loyers ne sont pas payés.

 

Mais il devra affronter  la tempête syndicale et médiatique qui s’élèvera contre ces réductions de la  protection des « plus faibles ».

 

En sortant de l’Europe et en chassant les immigrés, Marine Le Pen semble satisfaire les deux  autres revendications, mais à quel  coût global économique et financier, lequel  impactera en retour les conditions de vie ?

 

Revenant à ses deux principaux concurrents, je me demande si La France, dans sa situation actuelle, a plus besoin, face à  ses divisions internes d’un  « rassembleur » (modèle Henri IV ou Louis XVIII),  ou face aux  abus internes et  aux  dangers qui montent du monde extérieur d’un « lutteur », (comme  Thatcher ou de Gaulle) ?

 

 

 

JP Lannegrace

 

 
Dernière modification : 24/03/2017