Ajoutez ce site à vos favoris Page d'accueil Plan du site Contactez-nous Recommander ce site Identifiez-vous Retrouvez notre fil info RSS
 
Observatoire Chrétien de l'Entreprise et de la Société L'OCHRES exerce une mission d'observation des problèmes économiques et sociaux, particulièrement de ceux qui relèvent des interactions entre l'entreprise et la société.

Observatoire Chrétien de l'Entreprise et de la Société

L'OCHRES exerce une mission d'observation des problèmes économiques et sociaux, particulièrement de ceux qui relèvent des interactions entre l'entreprise et la société.

 
 
 
 
 
 

Résultats du baromètre social

Baromètre social chrétien N°67

2ème trimestre 2017

 

 

Nous avons enregistré pour les évènements de la période Mars-avril-mai, 20 réponses, dont 15 comportent des commentaires.

 

Les réponses, d’après le poids qui leur est donné, ont été relativement concentrées sur deux évènements de politique française :

Le chamboulement du paysage politique français et l’élection d’E. Macron

Les extrêmes ont représenté plus de 40% des votants au premier tour de la présidentielle.

Mais un évènement mondial : Selon l’ONU, 20 millions de personnes sont menacées de famine vient également au premier rang .

 

 

 

En classant les événements par ordre de poids donné par les capteurs, nous avons :

 

1- Le chamboulement du paysage politique français et l’élection d’E. Macron :

cette déclaration a été citée 11 fois avec un poids de 26. Les appréciations sont presque unanimement favorables, tant en réalité qu’en conséquences. (+0,91)

 

Ce chamboulement est plutôt considéré comme positif pour renouveler et rajeunir la vie politique : « Rebattre les cartes est probablement une bonne opportunité pour faire bouger les lignes : ce qui crée l’espoir de vraies réformes qui pourraient être enfin engagées ». « C’est une bonne chose dans un contexte politique devenu progressivement bloqué et irrespirable ». « C’est probablement l’évènement politique majeur en France depuis 1958 …il marque le rejet d’une certaine politique faite de postures»

« Il était temps que le paysage politique soit rénové en profondeur… L’élection d’E. Macron est donc un événement majeur qui je l’espère va permettre le rassemblement des bonnes volontés, la constitution de nouveaux groupes, la réforme des institutions et la poursuite du redressement de la situation économique et financière en tenant compte , ce qui est essentiel, des conséquences sociales qui en résulteront. Enfin pour la première fois nous avons un gouvernement résolument européen et donc probablement en mesure de faire évoluer les institutions de l’UE. Pour la première fois depuis bien longtemps la France va reprendre son rang à partir d’un rajeunissement de la classe politique. »

Mais certains émettent des réserves : « la bioéthique, capitale pour l’avenir est peu évoquée par Macron » ou « Il y a des dangers : trop grande majorité, incapacité des nouveaux de faire entendre leur voix par défaut de professionnalisme parlementaire, mouvements sociaux, résistances » ou « Le risque de voir la personnification du pouvoir liée aux institutions de la V° République se renforcer encore et une sorte de culte du chef omniscient se développer au détriment d’un dialogue véritablement démocratique ».

Pour conclure, « Il n’est pas facile de prévoir ce qu’il va sortir de ce chamboulement d’où la difficulté de porter un jugement ». « Attendons »

 

 2- Selon l’ONU, 20 millions de personnes sont menacées de famine : cet évènement a été cité 9 fois, avec un poids de 23. Cet élément est évidemment noté de façon très négative (-1,89).

 Les commentateurs dénoncent ce scandale à notre époque et à notre porte « qui invalide nos comportements » de même que le dénuement des migrants chez nous », alors que dans le même temps « environ 30% des denrées alimentaires produites sont jetées ». « Il semble que le monde soit encore largement insensible aux souffrances induites dans la partie concernée de l’Afrique et du Moyen-Orient . Parviendrons-nous à mettre en œuvre une solidarité internationale à hauteur du drame ? » Les mouvements migratoires qui en résultent sont « un défi auquel nos pays sont insuffisamment préparés. Des éléments de solution partielle sont les mesures pour limiter l’évolution climatique (honte à Trump) et la promotion des économies locales… »

 

 3- Les extrêmes ont représenté plus de 40% des votants au 1er tour de la présidentielle : cité 9 fois avec un poids de 20 et jugé de façon unanimement négative, en réalité (-1,44) ainsi qu’en conséquences (-1,56).

 

Les commentaires sont très négatifs : « C’est un mauvais signe pour la démocratie », le signe « d’un raidissement des attitudes politiques… de la montée d’un totalitarisme d’expression de l’opinion publique. Il se manifeste par la violence verbale, pas éloignée d’un passage à l’acte, et par la démagogie. Cette dernière flatte les idées les plus irréfléchies, voire les plus sombres des citoyens… ».

Plusieurs commentaires cherchent à expliquer ce phénomène : « Ce double populisme dénote une inquiétude profonde devant l’avenir, une méfiance extrême à l’égard du système politique. C’est un phénomène malheureusement durable » ou « C’est révélateur d’un manque de maturité et de sens des responsabilités d’une grande partie de l’électorat qui sait très bien que ce que les extrêmes proposent n’est ni réaliste ni en cohérence avec le bien commun. C’est une manière d’exprimer un rejet de la politique sans chercher la cohérence avec ce qui serait fait si leur vote était couronné de succès… »

 

4- La position de D. Trump à l’égard de l’accord de Paris sur le climat : cité 7 fois avec un poids de 15 et une appréciation très négative, en réalité et en conséquences (-1,57).

Les commentaires sont très négatifs : « Un des aspects de la politique incohérente du Président Trump qui risque de se retourner contre les Américains », « c’est à la fois immoral et stupide », « cette décision est très grave bien sûr en ce qui concerne la sauvegarde de la planète mais surtout parce qu’elle remet en cause la notion même de solidarité entres nations et continents sans laquelle notre humanité ira inéluctablement à sa perte ». « Il n’y a pas de planète bis, mais n’est-ce pas déjà trop tard ?»

 

5- L’opportunité d’une relance de l’Europe face à la position de D. Trump, favorisée par l’élection de E. Macron et le Brexit: cité 5 fois avec un poids de 10. Les appréciations sont cette fois positives, davantage en conséquences (+ 1,40) qu’en réalité (+1,20).

Pour un capteur, ces trois événements suscitent en effet « une chance de relance qui doit absolument être saisie sous peine de voir l’UE se déliter progressivement ».  

Pour un autre : « Il est indéniable que les circonstances n’ont pas été depuis longtemps aussi favorables à une relance de l’Europe. La nécessité en est ressentie par une majorité de pays, les eurosceptiques marquent le pas, même si les options des évolutions à conduire sont loin d’être arrêtées à ce jour. Pourquoi c’est important du point de vue des valeurs chrétiennes ? Essentiellement parce qu’un monde de plus en plus complexe a besoin de régulations de plus en plus transversales dépassant les intérêts nationaux »

6- Erdogan obtient les pleins pouvoirs en Turquie : Cité 5 fois avec un poids de 8 , cet évènement est jugé très négativement par les capteurs, en réalité et en conséquences (-1,60).

Deux commentaires, très négatifs, non seulement sur le plan interne « pour la pression que ce régime dictatorial fait courir au pays » mais aussi sur le plan international : « on peut redouter que ce pays ne joue plus le rôle d’écran et de lien entre l’Occident et le monde arabe ».  « Ceci illustre la difficulté de la diplomatie qui veut équilibrer le respect des droits de l’homme avec le maintien de l’Otan (qui ne se réforme pas très vite), et la cohésion de l’Europe au sens large avec les difficultés rencontrées dans les relations avec les pays musulmans… La Turquie l’illustre mais cela est sensible dans toutes les zones de conflits ou de tension. »

 

7- Les 20 plus grandes banques européennes réalisent 25% de leurs bénéfices dans des paradis fiscaux non reconnus : Cité également 5 fois mais avec un poids de 7 et une appréciation très négative en réalité (-1,80) et en conséquences (-2,00).

Les commentaires dénoncent « un scandale », « une faute majeure contre l’humanité » alors qu’« il suffirait que les Etats décident enfin de poursuivre et sanctionner les banques ». Un commentateur affirme : «… il serait vain d’espérer retrouver un peu de cohésion sociale dans notre système économique si des acteurs de premier plan continuent à se comporter comme des égoïstes irresponsables. Il y a sans doute une limite à une volonté de transparence à tout prix, mais en l’occurrence on en est loin et surtout certains dirigeants demeurent largement inconscients du tort qu’ils font à la crédibilité du système économique global. »

 

8- La vulnérabilité des économies occidentales face aux risques de cyberattaques : L’événement a été cité 3 fois avec un poids de 4 et une appréciation globalement neutre.

Pas de commentaires.

 

9- La division des catholiques et la neutralité des évêques au second tour : Cité 2 fois avec un poids de 2, et avec une appréciation plutôt négative (-1,00).

Un  commentateur approuve cette position des Evêques « dont la volonté de ne pas prendre parti directement dans les choix électoraux a toujours été admise. Pourquoi une exception pour un scrutin où un parti, par ailleurs toléré, reconnu et soutenu par des millions d’électeurs, avance des thèses réprouvables mais pas condamnables selon les lois ?  Bien que les Evêques aient clairement dit, depuis longtemps, que les thèses de ce parti n’étaient pas, tant s’en faut en accord avec la vision de l’Eglise, certains catholiques relayés par la presse, heureuse de souligner des tensions au sein de l’Eglise, n’ont pas la cohérence d’appliquer les mêmes principes selon que cela appuie leur opinion ou non. L’extrême droite n’est pas en accord avec la vision de l’Evangile mais est-ce suffisant pour imposer aux Evêques d’intervenir dans le débat électoral en contradiction avec ce qu’on leur recommande pour d’autres thèmes ? Ils se sont exprimés pour éclairer le choix des électeurs et chacun pouvait savoir ce que l’Eglise prône comme critères de choix politiques ». 

Un autre commentaire souligne la difficulté pour les Evêques de prendre position, « l’extrême droite étant plus proche des valeurs chrétiennes sociétales (avortement, mariage, fin de vie…) mais peu crédible dans les autres domaines (accueil, Europe, vie sociale) ».

 

10- La CFDT devient le premier syndicat dans le privé : cité également 2 fois avec un poids de 2 et avec une appréciation très nettement positive (1,50) en réalité, et en conséquences.

Les commentaires sont également positifs et saluent le pragmatisme et l’esprit de dialogue dont a su faire preuve la CFDT « le seul des grands syndicats qui soit d’origine chrétienne ». « Il y a tout lieu de penser que les réformes vont pouvoir se réaliser avec plus de réalisme et avec un souci de réelle prise en compte des problèmes qui paralysent toute progression sur le chemin d’un retour au plein emploi et à la croissance ».

 

 

L’accroissement du flux d’arrivée de migrants à accueillir en Europe

Cet évènement a été ajouté par un capteur qui lui donne un poids de 2 et une évaluation négative (-1.00) . Il joint le commentaire suivant : « Un conflit entre refus d’accepter des hommes, des femmes et d’enfants persécutés par des  situations intenables chez eux dans des situations de guerres, et de nombreuses initiatives généreuses exceptionnelles d’accueil de la part personnes agissant sans bruit » 

 

 

Des événements ont été rajoutés sans évaluation :

- La pédophilie dans l’Eglise : « un contre témoignage international » Cf.  le prêtre perçu aujourd’hui comme un pédophile en puissance, in  François Cassingena-Trévedy, Etudes, juin 2017.

- L’inégalité jeunes/vieux dans la société, lourde de conflits à venir. « Faut-il instituer des quotas ? »

- Les attentats terroristes : « ce n’est pas par la force seule qu’on pourra vaincre ce cancer, mais par une volonté clairement affichée et traduite dans les faits de construire en France et ailleurs une société plus ouverte, plus solidaire, moins inégalitaire et moins matérialiste. Un bel enjeu pour les chrétiens que nous sommes ? »

- La maltraitance des chrétiens au Moyen-Orient et en Indonésie, la notion de blasphème : « L'Islam ne cesse de se rappeler à notre souvenir par ses attentats dans le monde entier, ainsi que par la maltraitance des chrétiens en pays musulman… Jusqu'où le dialogue est-il possible avec l'Islam ? Et avec quelle instance ? Les théologiens chrétiens (et les philosophes) sont-ils armés pour faire feu de tout bois contre certains aspects coraniques ? Et est-ce souhaitable ?

Y-a-t-il une solution politique? »

 

C. Robert - F. Malrieu

 

 

 

 

 

 

 
Dernière modification : 24/07/2017