Ajoutez ce site à vos favoris Page d'accueil Plan du site Contactez-nous Identifiez-vous Retrouvez notre fil info RSS
 
Observatoire Chrétien de l'Entreprise et de la Société L'OCHRES exerce une mission d'observation des problèmes économiques et sociaux, particulièrement de ceux qui relèvent des interactions entre l'entreprise et la société.

Observatoire Chrétien de l'Entreprise et de la Société

L'OCHRES exerce une mission d'observation des problèmes économiques et sociaux, particulièrement de ceux qui relèvent des interactions entre l'entreprise et la société.

 
 
 
 
 
 

Résultats du baromètre social

Baromètre social chrétien N°70

Synthèse des résultats et des commentaires – 1er trimestre 2018

 

 

Nous avons enregistré pour les évènements de la période décembre 2017, janvier et février 2018, 25 réponses, dont 20 comportent des commentaires.

 

Les réponses, d’après le poids qui leur est donné, ont été très nettement concentrées sur trois sujets :

- Les élections italiennes

- L’impuissance des Nations Unies face aux actes du régime syrien

- Le débat de société lancé à propos des violences faites aux femmes

 

Cinq évènements supplémentaires ont été proposés par des capteurs :

- Les élections en Catalogne,

- Johnny, mort et testament d’un Français plébiscité

- La proposition de loi en faveur de l'euthanasie

- L'étape de Lourdes du Tour de France 2018

- La visite de E. Macron au Sénégal

 

En classant les événements par ordre de poids donné par les capteurs, nous avons :

 

1—Les élections italiennes et la montée du populisme en Europe : Cet évènement a été cité 17 fois avec un poids de 37. Les appréciations sont unanimement négatives, ou très négatives, en réalité comme en conséquences (-1,47) .

 

C’est l’événement le plus commenté, de façon négative. « Le danger est là » aux Etats-Unis comme en Europe. « C’est pire que le Brexit ». « C’est l’avenir de l’Europe qui est menacé ». « La France y a échappé de peu. Attention, la fracture est toujours là » et « la recomposition de la droite aujourd’hui ne sent pas bon ».

Pourquoi cette montée du populisme ? C’est « la manifestation de l’inquiétude et de la peur montante en Europe devant l’immigration et les mutations imputées à la mondialisation ». C’est « le pendant des appels à reconstituer des frontières, à générer des nationalismes », un mélange donc de « facteurs économiques et identitaires ».

Ses effets ? « C’est un facteur de régression économique et de conflits ». « Il détruit la confiance dans les institutions et la possibilité de faire avancer l’Europe. Les valeurs chrétiennes s’en ressentiront aussi ». « Il y a là une perte de sens tant du bien commun national que du bien commun européen ». « Il est temps que les citoyens retrouvent confiance dans leurs dirigeants. Encore faudrait-il qu’ils le méritent réellement en mettant en avant et en application les valeurs de notre existence ». Et « ne laissons pas les Européens du sud seuls face aux vagues de migrants africains et arabes »   

Une note d’espoir toutefois : « Les Italiens peuvent parfaitement nous surprendre…en bien ».

 

2—L’impuissance des Nations Unies, de l’Europe et de la Russie face aux actes du régime syrien : cet évènement a été cité 15 fois, avec un poids de 35 et reçoit de façon évidente, un jugement très négatif en réalité (-1,47) et en conséquence (-1,60).

 

Les commentaires sont évidemment négatifs. Un capteur rappelle l’ampleur de ce conflit qui dure depuis 7 ans, a fait 500 000 morts, provoqué la fuite de 5 à 6 millions de personnes soit le quart de la population. « Le régime syrien est responsable de la grande majorité des victimes civiles (bombardements, armes chimiques, tortures, pendaisons…). C’est une guerre civile, une guerre confessionnelle, une guerre par procuration ». « C’est une guerre internationale de plus en plus complexe avec un risque d’explosion dans la région ». Cela montre « que l’ONU ne peut plus prétendre être crédible sur les problèmes internationaux cruciaux ce qui n’augure rien de bon pour la gouvernance mondiale ». De même pour les grandes nations et pour l’Europe en raison de ses divisons internes qui menacent à terme la construction européenne et qui profitent à la Russie. « Il doit y avoir des pressions terribles ou plus vraisemblablement des intérêts pour que Nations Unies, Europe et Russie n’arrivent pas à arrêter ces actes du régime syrien » Pour un capteur, cela illustre qu’« il y a un moment où l’absence de moyens armés conduit à l’impuissance. L’UE ne pèsera pas grand-chose tant qu’elle n’aura pas d’armée ».

En conclusion, c’est « un échec grave de l’humanisme et de la démocratie ».

 

3—Le débat de société lancé à propos des violences faites aux femmes : cité 15 fois avec un poids de 28. Pour la plupart des observateurs, ce débat est estimé positif, en réalité (+1.00) ainsi qu’en conséquences (+1.07).

 

Les commentaires sont également positifs : « Enfin la parole se libère », « la réalité commence à s’exprimer », « il est très heureux qu’un tel débat ait lieu », « qu’on voit la violence où il était de bon ton de ne pas la voir ».

« Ce mouvement va dans le sens du plus grand respect des personnes et d’une égalité entre les sexes ». « Même si l’Église n’a pas toujours été suffisamment claire ... dans ces comportements vis-à-vis des femmes, de nombreux théologiens et pasteurs ont rappelé combien la femme devait être respectée et mise à une place d’honneur ». « Une mutation profonde est engagée et les rapports sociaux, et économiques, entre les femmes et les hommes, sont appelés à se transformer réellement... » Enfin, ce débat « pose le problème plus général de l’abus de position dominante économique, sociale (prêtres pédophiles) ou domestique »

Certains relèvent toutefois les excès médiatiques qui l’ont entouré et mettent en garde contre les risques d’excès : « Il ne faudrait pas que ce débat tourne à la caricature », « que des féministes extrêmes en profitent pour tirer sans préavis sur les hommes exerçant un pouvoir (cf. N. Hulot) ».

 

Les autres évènements ont tous été retenus, mais de façon moins unanime :

 

4—Le recul pour la troisième année de la natalité en France : retenu par 9 capteurs vient en quatrième place, avec un poids de 15 mais avec une appréciation plutôt négative, en réalité (-1,00) et en conséquences (+1,22).

 

« Une société qui ne se reproduit pas est une société qui meurt. Solution : l’immigration ? » « Un signe de pessimisme et de manque de confiance dans l’avenir, c’est aussi une crise de la famille dans sa notion traditionnelle ». « Si le mouvement actuel se poursuit, il entravera la croissance économique », ajoute un capteur. Pour un autre, « les causes du recul de la natalité sont sans doute multiples mais n’est-ce pas là encore l’effet d’un repli sur soi devant les incertitudes qu’engendre sur tous les plans l’éclatement de la société française. ? … Il ne me semble pas que la réduction des allocations familiales aux familles les plus aisées en soit la cause principale comme cela est facilement dit ». Il souligne un paradoxe : « Cette baisse de natalité se produit au moment où se développent les pressions de tous ordres concernant la PMA et la GPA. On a l’impression d’être au sein d’une société sans repère où le droit à l’enfant vient en contrepoint du droit des enfants et donc d’un désir de constituer une cellule familiale durable, solide et porteuse d’avenir, lui-même en repli ».

 

5—La décision d’abandon du projet de Notre-Dame des Landes : cité 4 fois avec un poids de 6. Les appréciations sont partagées, en définitive légèrement négatives (-0.25).

 

Un commentaire positif : « Il a fallu du courage pour prendre une décision toujours reculée…, bien que choquant sur le plan du droit, ce choix était sage… ». Les autres portent sur la forme plus que sur le fond : « Sujet très mal traité depuis le début. Il est tout de même malheureux de demander l’avis des gens à travers un référendum et de faire le contraire ». Cette décision « pose la question de la qualification « d’intérêt général » et des réalisations de projets ainsi qualifiés. Pose aussi la question de l’anarchisme et de la violence dans les rapports sociaux. » Pour un capteur, « le gouvernement a vraiment manqué une occasion de pédagogie écologique…il faut mettre en lumière les autres grands dilemmes économie/écologie : agroalimentaire, mobilités et carburants, etc. »

 

6—Les indicateurs de l’économie française sont en nette amélioration : cité 3 fois avec un poids de 6, elle est jugée de façon assez positive (+0,33).

 

Deux commentaires saluent cette bonne nouvelle, mettant cette amélioration à la fois sur le compte du gouvernement et de la conjoncture internationale. Un autre, plus nuancé, fait le parallèle avec la mesure de la température, vraie ou ressentie : « Pourquoi ne pas mettre un indicateur sur le ressenti ou pas des améliorations du quotidien de chaque Français ? On aurait certainement des surprises. Le partage des richesses mérite débat ».

 

7—L’union européenne dévoile sa liste de paradis fiscaux qui ne comporte pas les îles les plus citées par les « Paradise Papers »: Cité 2 fois mais avec un poids de 5 et une appréciation négative (-1,50).

 

Un seul commentaire : c’est « un scandale qui décrédibilise l’Europe ».

 

A noter un commentaire commun très négatif à l’égard de trois événements (Syrie, paradis fiscaux, recul de la natalité) : « Tous ces faits sont illustratifs d’une société engagée dans la voie d’un individualisme enragé : cynique en politique, ultra-libérale en économie, hédoniste et jouissive en matière de mœurs ».

 

8—L’annonce du transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem : L’événement a été cité 2 fois avec un poids de 5 et une appréciation négative (-1,00 en réalité et en conséquences).

Un seul commentaire qui considère cet événement, « à première vue contestable, comme difficile à apprécier dans ses conséquences tant pour la région que pour le rôle des Etats-Unis dans la gestion de crise ».

 

 9—Le recours des associations contre la circulaire Collomb : Cité 3 fois avec un poids de 4, et avec une appréciation négative en réalité  (-0,67) et neutre en conséquence.

Pour un capteur, c’est « une pression utile face à la tentation démagogique ». Un autre s’inquiète : « Comment ces circulaires seront-elles appliquées ? Le recours des associations et de beaucoup d’autres voix suffira-t-il à humaniser certaines situations. Le problème est réel, la façon d’y répondre n’est pas digne d’un pays comme la France … pays des Droits de l’Homme. » Enfin pour un capteur, c’est un « sujet chrétien et européen par excellence. Il faut arriver à exprimer une position juridique et politique affirmant la maîtrise de l’immigration (la douceur chrétienne n’est pas nécessairement au RDV) et aussi généreuse et faisable que possible. Le refuge dans la « charité chrétienne » individuelle au quotidien (aller distribuer la soupe) n’est pas une réponse ».

 

10—L’évolution aux Etats-Unis de la position sur la vente des armes à la suite de la fusillade en Floride: cet évènement n’a été retenu que par un seul capteur qui lui donne une appréciation très négative .

 

Un capteur a appris « qu'on apprenait aux écoliers américains à pardonner aux criminels. Bravo ! Mais que fait-on pour éviter qu'ils soient tués ? »

 

Plusieurs événements ont été ajoutés :

 

- Les élections en Catalogne, « une autre victoire du populisme mais « à la Pyrrhus », avec un président de la Catalogne qui a fui en Belgique puis qui de là-bas continue de dénigrer les dirigeants espagnols, alors que les positions qu’il défendait n’étaient pas majoritaires dans sa région… »

 - Johnny, mort et testament d’un Français plébiscité. Un événement que le capteur considère « emblématique des dérives actuelles »

- La visite d’E. Macron au Sénégal. « Les engagements pris par le président français vis-à-vis de l’Afrique, même s’il y a un peu d’effet d’annonce, méritent d’être salués »

 

Un capteur dit avoir eu beaucoup de mal à distinguer dans les dix évènements proposés des éléments concernant les valeurs chrétiennes, parce lui paraissant neutres par rapport à elles (l’amélioration des indices économiques, par exemple), ou trop ambigus pour en tirer des leçons positives ou négatives (le populisme italien, le débat sur les violences faites aux femmes ou le recours des associations contre la circulaire Collomb). Il a donc ajouté deux évènements :

- la proposition de loi sur l’euthanasie qui « démontre une autre forme d’acharnement, non pas thérapeutique mais politique et idéologique, privilégiant, face à la souffrance des malades, non pas le développement des soins palliatifs mais la mort comme seule réponse ».

- le départ de Lourdes de la 19ème étape du prochain Tour de France cycliste, « à la demande du directeur de l’épreuve et à l’occasion du 160ème anniversaire des apparitions, avec une place spéciale faite aux malades et un temps de recueillement proposé aux coureurs », sachant que le Tour est diffusé dans 190 pays et constitue le 3ème évènement sportif le plus suivi du monde.

 

C. Robert - F. Malrieu

 

 

 

 

 
Dernière modification : 17/04/2018