Ajoutez ce site à vos favoris Page d'accueil Plan du site Contactez-nous Recommander ce site Identifiez-vous Retrouvez notre fil info RSS
 
Observatoire Chrétien de l'Entreprise et de la Société L'OCHRES exerce une mission d'observation des problèmes économiques et sociaux, particulièrement de ceux qui relèvent des interactions entre l'entreprise et la société.

Observatoire Chrétien de l'Entreprise et de la Société

L'OCHRES exerce une mission d'observation des problèmes économiques et sociaux, particulièrement de ceux qui relèvent des interactions entre l'entreprise et la société.

 
 
 
 
 
 

Grille d'analyse

OCHRES

GRILLE D'ANALYSE




L'objet de cette fiche est de récapituler les angles de vue qui devraient présider à l'analyse des situations sur lesquelles l'OCHRES peut être amené à s'exprimer. De ce fait, elle constitue également un guide de réflexion. Un guide, c'est‑à‑dire tout sauf un carcan, mais au contraire une aide qui doit aider l'OCHRES à faire entendre une voix qui sera souvent originale par rapport aux approches techniques ou particularistes de ces situations, une voix dont la vocation est d'être prophétique.

1er critère : liberté et vérité, le souci de comprendre.

  •    se dégager des modèles mentaux inconscients, imposés par les médias, notre environnement culturel, les idéologies en présence, notre propension à "juger facile"

  •    essayer de comprendre les situations en recourant aux experts et en écoutant les positions des parties en présence, notamment comprendre les engagements contractuels des parties en présence ; regarder comment les mêmes situations sont maîtrisées dans les autres pays

  •    essayer de comprendre les situations dans ce qu'elles peuvent symboliser au‑delà même de ce qu'elles sont ; chercher si elles portent les signes de réalités plus profondes

  •    essayer de dégager des situations ce qui est d'ores et déjà point d'appui pour la construction d'une civilisation de l'amour.

2ème critère : le potentiel de l'homme : comment la situation que nous analysons peut‑elle favoriser

  •    la dignité de l'homme, c'est‑à‑dire la structuration de la personne comme sujet libre, reconnu sur la base de son potentiel, créateur

  •    la fécondité sociale de l'homme, c'est‑à‑dire d'une part son implication dans un projet qui corresponde à une utilité sociale et d'autre part la possibilité qu'il a de s'enrichir pour se donner la justice et le respect de tous: femmes, enfants, pauvres, moins qualifiés, handicapés, immigrés, malades, exclus

  •    la place de l'acteur par rapport au système : les moyens donnés par le système pour que l'acteur réalise son propre projet (temps, moyens matériels, compétences) par opposition à l'exploitation de l'acteur par le système.

3ème critère : la structuration du groupe : la dimension collective de la personne peut‑elle être orientée dans le sens d'une communauté dont le bien partagé est en croissance continue ?

  •    nature et qualité des relations, utilisation et modalité du conflit, rapports de force, rapports de coopération et d'apprentissage collectif

  •    souci d'enrichir la paix, la justice sociale, la solidarité, la subsidiarité

  •    rapports des groupes entre eux et des groupes étudiés par rapport au reste du corps social corporatismes, privilèges...

4ème critère : l'équilibre social. Comment la situation que nous observons peut‑elle évoluer dans le sens d'une meilleure répartition des responsabilités ?

  •    quelle évolution possible pour une plus grande initiative des individus

  •    quelle place est ouverte ou laissée aux corps intermédiaires

  •    quelle place prise ou laissée à l'Etat .

5ème critère : richesse, création et biens.

  •    quels sont les facteurs de création de la richesse ? rémunération respective du travail et du capital ? rentabilité de court terme ou construction de long terme ?

  •    les conditions de création de la richesse : les conditions de travail, le respect des conventions internationales et des fois respectives des États sur le travail ; le respect de la nature ; le respect de la destination universelle des biens

  •    la situation que nous analysons peut‑elle donner matière à une meilleure gestion et à une meilleure utilisation de la richesse

  •    la redistribution du profit dans le cadre de la globalisation et l'option préférentielle pour les pauvres .

6ème critère : l'état de l'opinion : y a‑t‑il matière, dans la situation que nous analysons, à faire passer des messages ?

  •    la situation est‑elle de nature à faire passer un ou deux enseignements de la OSE, en clair ou de manière discrète : y a‑t‑il des expressions du corps social radicalement fausses ou dangereuses qu'il faudrait contrebalancer?

  •    à qui revient‑il de faire passer ces enseignements ? sous quelle forme?

  •    avec qui fait on alliance éventuellement pour exprimer une position ?

7ème critère : la dimension spirituelle : il s'agit d'être prudent sur ce point et de ne pas tomber dans l'angélisme, l'idéalisme ou une sorte de déisme ; ce qui est recherché c'est de changer de regard et de chercher l'âme des choses.

  •    est‑il possible dans J'analyse de la situation de l'éclairer du regard de l'homme intérieur et dy déceler des signes de l'Esprit ?

  •    dans cette situation, Dieu présent et agissant au milieu de son peuple, cela signifie quoi ?

  •   l'exigence de charité nous fait dire quoi ?

  •    y a‑t‑il des solutions ou des propositions qui construisent l'Espérance qui ne déçoit point ?

 
Dernière modification : 23/11/2006