logo-ochres

 

Observatoire Chrétien de l'Entreprise et de la Société

L'OCHRES exerce une mission d'observation des problèmes économiques et sociaux, particulièrement de ceux qui relèvent des interactions entre l'entreprise et la société.

 
 
 
 
 
 
 

Résultats du trimestre

 

Evénements de la période décembre, 2020 janvier, février 2021

 

 

Le nombre de réponses au baromètre est de 25 dont 22 comportent des commentaires. Contrairement aux baromètres précédents, les choix ont été assez largement répartis entre les différents sujets. Trois événements néanmoins prédominent :

 

l’« ensauvagement » de la société.

Le retour des Etats-Unis dans le multilatéralisme,

Les signes inquiétants d’affaiblissement des démocraties

 

Au total, et en pondéré, le baromètre présente une tonalité assez nettement négative.

 

En classant les événements par ordre de poids donné par les capteurs, nous avons :

 

1.Un « ensauvagement » de la société ? : Cité 12 fois avec un poids de 27, et avec une appréciation presque unanimement négative (-1,17 en réalité, - 1,33 en conséquences).

 

Les commentaires soulignent la gravité de cette situation pour l’avenir de la démocratie et la paix sociale, qui ne date pas d’aujourd’hui : « Il s’agit d’un retour à la barbarie clanique ou tribale. A terme, la guerre civile n’est pas exclue ». « On se rapproche de l’ère du face à face annoncée par l’ancien ministre Collomb ». Plusieurs tentent d’en analyser les causes : « la non-transmission des valeurs, la violence dans les réseaux sociaux, les décrocheurs, l’impunité… » ; « des phénomènes socio-économiques comme l’invasion publicitaire ou le libre déchaînement de la violence par écrans interposés ».

Un capteur évoque « l’histoire de Mowgli qui a eu de la chance d’être élevé par une jungle civilisée mais imaginaire… Certains des enfants de certains territoires sont élevés dans une jungle où peu vient contre-balancer l’influence du commerce de la drogue, de la violence des jeux vidéo, de l’omniprésence de l’accès aux réseaux sociaux et des messages et des images qu’ils véhiculent… 

Comment y remédier ? « Un immense effort de reculturation devrait mobiliser toute la nation ». « Faire grandir les ressources spirituelles pour trouver le sens à la vie que les jeunes ne trouvent plus dans la société ». Un capteur renvoie au livre « Osons la rencontre » d’Isabelle Chasserans (Edition de l’Emmanuel, Association du Rocher) : « Témoignage poignant sur cinq années d’immersion complète dans les cités des Mureaux et de Lyon. ... Les jeunes attendent attention, fermeté, présence d’adultes pour compenser ce qu’ils n’ont pas reçu dès leur naissance ».

 

2. Le retour des Etats-Unis dans le multilatéralisme : cité 12 fois avec un poids de 26. Les réactions sont unanimement positives (+1.25 en réalité, et +1,33 en conséquences).

 

C’est l’événement le plus commenté, de manière positive. « On peut espérer une politique extérieure plus rationnelle, plus compréhensible, plus respectueuse et probablement meilleure pour la paix et la sécurité dans le monde ». C’est « un espoir pour le monde ».

Des nuances toutefois : « Il ne faudrait pas que ce mouvement endorme l’Europe qui se doit pout le moins d’exister ». « Les USA restent dominateurs. Espérons que l’Europe saura se faire respecter ». « Ne pas baisser la garde devant la Chine » « L’impérialisme se cache dans bien d’autres réalités moins médiatiques ». Et si tous saluent Joe Biden, certains s’inquiètent de la fracture qui subsiste dans l’opinion américaine.

« Deux conclusions s’imposent : le multilatéralisme est un bien fragile, il faut en avoir conscience ; la meilleure façon de le préserver est d’en faire quelque chose d’ambitieux et utile au service de toute la communauté internationale ». Et ce retour des USA « reste à confirmer. »

 

3. Les signes inquiétants d’affaiblissement des démocraties : Cité 7 fois avec un poids de 18, et une appréciation unanimement négative, (-1,29 en réalité et en conséquences).

 

 Un capteur s’inquiète du développement d’une démocratie d’opinion soumise aux mouvements d’opinion successifs (me too, George Floyd, inceste) qui met en danger la liberté de penser. Un autre insiste sur la nécessité de faire évoluer une démocratie qui n’est plus adaptée : « Les principes qui fondent nos démocraties sont vieux de trois siècles ; si beaucoup évoquent la crise et le déclin de nos démocraties, peu se soucient d’imaginer, d’étudier ce qui pourrait être le fondement du gouvernement des peuples, adapté à la civilisation qui se construit actuellement, tenant compte de l’évolution du monde (éducation, surinformation, médias, complexité des décisions de gouvernement et de la vie en société, hétérogénéité des visions du monde, diversité des personnes vivant sur les mêmes territoires, réseaux sociaux émergeants). Il suggère que l’Ochres se penche sur cette question.

 

4. L’angoisse des jeunes dans la crise actuelle : cité 11 fois avec un poids de 17 et une appréciation négative, davantage en réalités  : (-0,82) qu’en conséquences (-0,64).

 

« La situation actuelle des jeunes générations n’est pas une bonne nouvelle. Mais en prendre conscience et chercher à y porter remède est plutôt un signe positif. Non pas en disant que c’est la génération la plus sacrifiée comme on l’entend dire souvent ou en opposant cette génération à celle des anciens… ». Cette situation « s’explique par la fermeture des écoles et des universités pour les étudiants, par le chômage pour les jeunes adultes ».

« Il est important de les soutenir et de les encourager ». « Les mesures d’assistanat ne sont pas suffisantes pour recréer la confiance dans l’avenir ». « Il y a un problème de confiance à rétablir, donc de rencontres, d’écoute, d’engagement vers un esprit communautaire authentique, où chacun veut la réussite de tous » et cela pourrait être utile au plus grand nombre.

 

 

5. Des femmes sont nommées à de hautes instances dans l’Eglise (Nathalie Becquart): Cité 8 fois avec un poids de 16 et une appréciation unanimement positive davantage en conséquences (+1,38) qu’en en réalité (+1,25).

 

Tous saluent cette nomination. « C’est un signe parlant, symbolique et fort. L’évolution de l’Eglise est en marche, voilà une preuve modeste mais elle est exemplaire de tout ce qui est lancé depuis quelques années sous l’impulsion du Pape et dans la suite de ses prédécesseurs ». Un capteur cite des paroles du Pape François dans Querida Amazonia sur le rôle des femmes dans l’Eglise : « les femmes apportent leur contribution à l’Eglise de manière spécifique en prolongeant la force et la tendresse de Marie, la Mère. » « Souhaitons que les successeurs de François poursuivent et accentuent ce mouvement d’élévation des femmes dans l’Eglise… sans pour autant recourir aux quotas ».

« Un progrès réel même si symbolique. Soyons attentifs aux suites et essayons de progresser dans les instances où nous pouvons avoir quelque influence », dit un capteur qui à cet égard regrette la fin de l’expérience de St Merry quant au rôle qu’y prenaient les laïcs. « Il ne faut pas que ce soit pour remplacer les hommes mais pour rappeler que la femme a un apport spécifique comme complément de l’homme dans la création », dit un autre.

 

 

6. Les différentes approches de la laïcité, telles qu’elles s’expriment dans la loi sur le séparatisme: retenu par 7 capteurs, avec un poids de 14 ; il donne lieu à des appréciations plutôt négatives, en réalité et en conséquences (-0,86).

 

Les commentaires s’inquiètent d’une dérive de la laïcité « qui se révèle une nouvelle secte contre les religions ». Cette laïcité « d’exclusion des convictions religieuses fait le lit de l’incroyance mais aussi des intégrismes ».  Cette loi « illustre les ambiguïtés de notre laïcité qui… sous prétexte de lutter contre les dérives de l’Islam, s’éloigne de plus en plus du concept traditionnel de neutralité et risque de provoquer quelques dommages collatéraux, comme en témoignent en particulier les réactions de la conférence épiscopale et des instances protestantes ».

Un commentaire appelle donc à la vigilance : « Je perçois en particulier, dans l’actuelle rumeur du monde, une confusion que je crois dangereuse entre ce qui reste d’ordre « privé » et ce qui est « personnel ». La foi chrétienne, catholique, n’est pas une affaire privée, mais une adhésion, un engagement personnel qui implique - du moins devrait-ce être notre plus fort désir - qu’elle inspire, irradie nos comportements dans l’ensemble de nos activités, familiales, sociales, professionnelles, bénévoles », ce qui ne peut aller « avec un enfermement dans nos sacristies ».

Cependant « Que des fédérations d’Islam de France aient pu refuser de signer une charte de principes républicains élémentaires, cela en dit long sur l’avancement du mal et sur l’urgence de le traiter. Que des anticléricaux en profitent pour écorner les autres religions et spécialement les catholiques est également inquiétant, mais moins me semble-t-il ».

 

7. La mise en évidence des violences sexuelles comme réalité de nos sociétés : a été cité 8 fois avec un poids de 13 ; jugé plutôt positivement en réalité et en conséquences (+0,13).

 

Pour un capteur, ce fait est « révélateur de la fragilité du rapport homme-femme et montre combien la société est démunie face à ces questions. L’éducation a un rôle primordial à jouer ». Un autre y voit « les dégâts collatéraux de la « libération sexuelle de Mai 68 ». « Lorsque la peur du lendemain grandit, l’accent est mis sur le plaisir, le carpe diem. On veut croire que la vie se découpe en rondelles, rondelle du plaisir en tête. Les médias rajoutent naturellement de l’huile sur le feu ».

« Il sera difficile de venir à bout de ce fléau qui se produit le plus souvent au sein des familles et la notion de famille devenant de plus en plus élastique, la cause n’est pas près de disparaître ». Pour un autre, « Les progrès récents de l’information devraient permettre de mettre en place une prévention plus efficace et une meilleure formation des jeunes sur ces sujets. L’Eglise de France me semble avoir compris cet enjeu ».

 

8. L’inégalité des populations devant les vaccins : cité 2 fois avec un poids de 3 et une appréciation négative (-1,00).

 

Cette inégalité est dénoncée : « C’est le signe des longues et lourdes inégalités à venir entre les populations ». « Les perdants seront essentiellement les pays sous-développés d’Amérique du sud et d’Afrique ». « La vie ne vaut pas la même chose selon que vous êtes riche ou pauvre ». Cela montre, « une fois de plus, combien le message de Fratelli Tutti… a du mal à passer et combien, face à la peur de la maladie et de la mort, la solidarité cède vite la place aux égoïsmes et aux intérêts financiers... Si le « quoi qu’il en coûte » reste possible au niveau national, c’est plutôt le « sauve qui peut » qui prévaut sur le plan international… »

Toutefois un capteur est moins négatif : « Tout le monde ne peut pas être servi en même temps… il faut se réjouir de la combinaison de deux nouveautés sans précédent, et très positives sous un regard chrétien : la rapidité dans la découverte et la production des vaccins et la création du mécanisme Covax, qui associe 172 pays riches et pays pauvres dans la recherche et la diffusion des vaccins anti-Covid 19.

 

 

9.  La dette des états atteint en 2020 une année de productions de la richesse mondiale : cité 2 fois avec une appréciation négative de -1,50.

 

Deux commentaires : l’un insiste sur la gestion « toujours aussi dispendieuse » des pouvoirs publics en France puisque nous en sommes en 2021 à la 27ème année de budget public en déséquilibre ». « Le réveil va être douloureux pour nos enfants » dit l’autre.

 

 

10. La prise de pouvoir par la junte en Birmanie: Cet évènement n’a été ni retenu, ni commenté.

 

Des événements ont été ajoutés :

- Le Covid : « Il occupe tout l’esprit… S’il faut malgré tout avoir confiance dans l’avenir, …dans quel état en sortirons-nous ? Quelle gabegie à tous les niveaux. »

-Le bouleversement de la société dû aux conséquences de la pandémie.

- La négation des sciences « dures » et des faits, ce qui empêche tout dialogue et tout progrès.

-Les accusations de viol (G. Tron, R. Berry, G. Depardieu, P. Poivre d’Arvor) : après les prêtres, c’est au tour du peuple !

-La série « la faute à Rousseau » n°1 : « Comprendre comment fonctionnent les jeunes (17-25) dans un monde très éloigné de celui que nous avons appris à connaître m’apparaît la chose la plus importante. Le fait qu’une série de bonne qualité aborde en prime time le sujet sur une grande chaîne publique au travers de la pensée philosophique est un événement important. »

 

 

C. Robert - F. Malrieu

 

 

 
Dernière modification : 25/03/2021