logo-ochres

 

Observatoire Chrétien de l'Entreprise et de la Société

L'OCHRES exerce une mission d'observation des problèmes économiques et sociaux, particulièrement de ceux qui relèvent des interactions entre l'entreprise et la société.

 

 
 
 
 
 
 
 

Résultats du trimestre

Baromètre social chrétien N°75
Synthèse des résultats et des commentaires – 2ème trimestre 2019

 

Le nombre de réponses au questionnaire s’élève à 17 dont 15 avec commentaires.

 

Deux sujets ont principalement retenu l’attention :

 

Le mouvement des jeunes pour le climat

L’incendie de Notre-Dame

 

En classant les événements par ordre de poids donné par les capteurs, nous avons :

 

1. Le mouvement des jeunes pour le climat Cet évènement a été cité 10 fois avec un poids de 20. Les appréciations sont dans l’ensemble positives (+0,60 en réalité et + 0,70 en conséquences) mais dans quelques cas très négatives.

La plupart des capteurs sont favorables à ce mouvement. « Ce sont sûrement les jeunes qui peuvent avoir une influence positive pour changer les manières de vivre et s’ils s’engagent pour une écologie citoyenne, ils peuvent avoir une influence positive. Leurs marches, leurs votes, leur mobilisation pour des élections sont des signes encourageants pour l’écologie et pour l’engagement des jeunes ». Ce mouvement « marque un seuil dans la prise de conscience des problèmes environnementaux par le fait même que la génération qui n’est pas encore en responsabilité exprime son refus de l’inertie qu’elle ressent dans les décisions ou absences de décisions de la part de ses aînés…la reconnaissance de l’urgence climatique, comme du poids politique des jeunes, a progressé ». « Reste à souhaiter que cet élan ne se limite pas à des manifestations mais conduise à une implication croissante des plus jeunes dans la vie citoyenne ». 

Mais certains émettent des réserves : « l’urgence climatique » fait réclamer des mesures inefficaces et coûteuses contre le réchauffement au lieu de mesures d’adaptation comme la mise en culture des régions réchauffées et la gestion mondiale de l’immigration ».

Un autre s’interroge sur « le bourrage de cerveaux que traduit le vaste élan de cette vaste cause. Je me demande si nous ne sommes pas en présence de l’exemple le plus accompli de l’impact de puissances sachant allier finances, influence et science sur des personnalités plus avides d’adhérer à des idéaux faciles que de se coltiner des réalités compliquées. Voir une jeune adolescente suédoise trimbalée d’un puissant à un autre, y compris le Pape (ciel !), manipulée comme un pantin, demander à d’autres adolescents de déserter l’école une demi-journée par semaine, me révulse… Où sont les adultes ? Qui parmi nous demanderait à un jeune adolescent de réparer une fuite d’eau dans sa maison ? Pourquoi alors lui confier le pilotage des réformes pour une planète plus habitable ? » Dans le même sens, un capteur dénonce « une opération d’intoxication mentale et de détournement des jeunes dignes des pires romans de science-fiction comme le fameux 1984 d’Orwell.

 

2. L’incendie de ND de Paris suscite des réactions d’ampleur dans le monde entier cité 16 fois avec un poids de 7. Comme le trimestre précédent, les avis sur les réactions sont très positifs en réalité comme en conséquences (+1,57).

 

Au-delà de l’évènement proprement dit, les commentaires évoquent le symbole : « Après le film "Grâce à Dieu", l'émission d'Arte sur les religieuses abusées, et le livre Sodoma, il y avait le feu à l'Eglise. En début de semaine sainte il y a eu l'incendie de Notre-Dame, puis les réactions extraordinaires qui ont suivi, au moment de la résurrection. Les Français se sont montrés plus attachés qu'on pouvait le croire à leurs valeurs religieuses, vécues aussi comme des valeurs de civilisation ». « Au-delà de la préservation/restauration d’un bien culturel, c’est la dimension chrétienne de l’histoire de notre pays qui a ressurgi ». Mais « Pensons aussi aux églises qui sont détruites et à celles qui sont profanées, mouvement qui prend une grande ampleur en France actuellement dans une sorte d’assourdissant silence…

 

3.  Le cas de Vincent Lambert et la complexité des situations de fin de vie : cet évènement a été cité 7 fois, avec un poids de 12. Il est évalué de façon nettement négative (-1,43).

 

Pour un capteur, cet événement montre « que les forces de mort mises en branle depuis 1975 (voire avant…) continuent à progresser. Cette société qui préfère la mort à la vie est radicalement anti-chrétienne. Quelle tristesse de voir la « fille aînée de l’Eglise » renier en permanence la foi de son baptême. Jusqu’où ira-t-on ? » Pour un autre, il fait apparaître le risque que la préservation de la vie n’ait pas toujours la priorité qu’elle devrait avoir dans une vision chrétienne.

Mais la plupart des commentaires insistent sur la complexité de cette situation : elle est « totalement inextricable sur le plan humain. Où est le moindre mal ? » « Cette situation crée le trouble et dilue la Loi Leonetti qui est une excellente loi. C’est un drame car il met en avant de fausses croyances et l’euthanasie comme seul remède ». Pour un capteur, « ce cas montre le drame d’une absence de réflexion individuelle et de responsabilité, « en mon intime conviction », et la lâcheté de tout remettre dans les mains de la loi ». Pour un autre enfin, qui insiste sur « l’extrême difficulté des décisions relatives à la grande dépendance et aux fins de vie », « tout ce qui a contribué à faire de ce garçon l’otage de conflits qui ne le concernent qu’indirectement interpelle la conscience. A ce titre, l’Eglise, comme les médias ou les partis, a peut-être manqué de sagesse et sa soi-disant « expertise en humanité » (Populorum progressio § 13) a pris du plomb dans l’aile ».

 

Pour un autre capteur : Ce cas pose un certain nombre de questions :

• La prise en charge d'un état végétatif chronique relève-t-elle du « soin de base », ou d'un « traitement » ? Au regard des déclarations de Jean-Paul II et de la position officielle actuelle de l'Eglise, il ne s'agit que de "soins de base". Au regard de la loi, l'association d'une nutrition par sonde (le plus souvent de gastrostomie), de soins de prévention d'escarre, et de lutte contre les rétractions constitue un "traitement", dont l'arrêt relève de la loi Léonetti (en partie inspirée par les discours de Pie XII de 1957).

• On peut estimer le coût de la prise en charge d'un état végétatif chronique à celui d'un moyen séjour*, mais le Centre Hélio-Marin de Berck où étaient pris en charge nombre d'états végétatifs dans les années 80, a renvoyé à domicile une grande partie d'entre eux. Dans le cas de Vincent Lambert, une hospitalisation à domicile était-elle envisageable ?

• A l'issue d'un séjour en réanimation, il a été toujours très difficile de faire prendre en charge de tels malades dans des établissements médicaux. Des examens spécialisés (IRM fonctionnelle notamment) permettraient maintenant de prédire l'évolution d'un coma prolongé vers un état végétatif, mais en arrêtant les soins en réanimation, même s'il existe de sérieux critères de gravité, ne prend-on pas le risque de le faire trop tôt ? Ce qui est bien établi, c'est qu'au-delà d'un an, une récupération, même minime est rarissime.

• L'arrêt de la nutrition a peut-être quelque chose "d'euthanasiant", mais le malaise quotidien d'une équipe soignante consciente de son inefficacité est aussi à prendre en compte.

• Peut-on parler de "handicap" à propos d'un état végétatif chronique ?

• "My son died at the roadside, and the funeral was six years later"**

*Blin F. : Les états végétatifs chroniques : épidémiologie et coût des soins. In : "Etats végétatifs chroniques, Répercussions humaines. Aspects médicaux, juridiques, et éthiques", sous la direction de F Tasseau, MH Boucand, JR Le Gall, P Verspieren, éditions de l'Ecole Nationale de Santé Publique, Rennes 1991, p. 45-58

**Bryan Jennett : The vegetative state – Cambridge University Press,  2002, p. 81

 

4. Les résultats des élections européennes modifient les équilibres politiques en Europe : retenu par 5 capteurs, vient en quatrième place, avec un poids de 10 ; il donne lieu à des appréciations divergentes, au total neutres en réalité (+0,00), mais négatives en conséquences (- 0,80).

Et en France…, ont ajouté les capteurs. Ils relèvent des aspects positifs : la forte participation électorale, un nouvel équilibre politique avec des forces (écologistes, libéraux) ayant la capacité de peser en faveur d’un fonctionnement plus démocratique de l’Europe, et négatifs : la progression des votes nationalistes, le repli sur soi, la tentation des extrêmes. Mais un capteur dénonce une vision purement économique de l’Europe qui motive toutes les décisions. 

 

Les autres évènements ont recueilli un nombre plus restreint d’appréciations :

 

5.  Le terrorisme anti-chrétien se manifeste dans un nombre croissant de pays (Sri Lanka, Burkina Faso, RDC …) : cité 6 fois avec un poids de 9. Les appréciations sont très négatives en réalité, et en conséquences (-1,83).

Les capteurs dénoncent cette « montée continue de l’intolérance et des violences religieuses ». Elle se manifeste d’abord en France, sans réelle réaction (églises incendiées, cimetières vandalisés, tabernacles profanés … après que plusieurs prêtres aient été assassinés ou pris pour cible).  Un autre capteur évoque la situation en Inde où la violence anti-chrétienne augmente.

 

6.  Donald Trump accentue sa pression de guerre commerciale : citée 4 fois avec un poids de 9. Les appréciations sont unanimement très négatives en réalité, (-1,50) et en conséquences (-1,75).

Pour les capteurs, l’attitude de Donald Trump va à l’encontre des valeurs chrétiennes : refus du multilatéralisme, hausse du protectionnisme, replis sur ses propres intérêts nationaux, abus de la force… « Elle peut conduire à détruire toute forme de solidarité au niveau international et ruiner le sens même de la fraternité humaine ». « Peut-être que la montée inexorable de la Chine comme rivale n°1 explique cette réaction ; cela reste fondamentalement contestable. L’urgence au contraire serait d’amener la Chine à prendre des responsabilités de grande puissance ; hélas elle n’en prend pas la voie et les Américains qui jouent les fortiches de foire ne montrent pas le bon exemple. Le résultat c’est que nous sommes en situation larvée de pré-conflit mondial, ce qui contraint tous les pays qui le peuvent à surarmer ».

 

7.  Le 7ème congrès d’experts de l’ONU alerte sur la possible disparition d’1 million d’espèces menacées : Cité 3 fois avec un poids de 8 et une appréciation négative en réalité (-1,00) et neutre en conséquences.

 « L’homme est en train de détruire son environnement naturel ». « La dénonciation de ce fait très grave peut conduire à plus de crédits pour la connaissance des équilibres biologiques et la protection des espèces ». « La France semble réagir moins vite que ses voisins du Nord. Le désintérêt de dirigeants politiques (Trump…) est inadmissible ».

 

8.  La guerre se poursuit au Yémen dans l’indifférence de l’opinion internationale : Cité 4 fois avec un poids de 7, et avec une appréciation négative en réalité et en conséquences (-1,50).

Les commentaires sont très négatifs. Un capteur dénonce le cynisme qui caractérise ce conflit, de la part « des combattants qui savent qu’ils ont les coudées franches dans l’opposition entre les puissances régionales du Moyen-Orient… », de la part « des pays producteurs d’armes, dont la France, qui n’ont pas l’intention d’abandonner des marchés aussi précieux pour leur économie… ». « Ce conflit où on permet à l’Arabie saoudite et à l’Iran de se faire une guerre de suprématie régionale avec nos armes est un jeu dangereux pour l’avenir ». Un autre souhaite que l’Eglise intervienne pour dénoncer cette atteinte grave aux droits humains.

 

 

9. Les divergences entre dirigeants allemands et français deviennent préoccupantes : a été cité 3 fois avec un poids de 7 et une appréciation négative en réalité et en conséquences (-1,33).

« C’est une déception pour le Français chrétien ». Pour un capteur, « ces deux pays sont, en interne, dans des passes difficiles.  Ils sont trop accaparés par leur politique intérieure et perdent de leur influence auprès des 25 autres pays. Il faudrait que l’Europe identifie mieux et plus à long terme ce que ses membres peuvent en recevoir au lieu de se perdre dans des polémiques sur nationalisme ou mondialisme ». Mais pour un autre, « En Allemagne, la notion de couple franco-allemand n’existe pas … L’Allemagne pense avant tout économie au détriment de toute autre considération anthropologique »

 

 

10.  La crise politique vénézuelienne s’enfonce dans l’impasse avec des conséquences croissantes pour la population :  cet évènement n’a pas été retenu.

 

C. Robert - F. Malrieu

 

 

 

 

 

 

 

 
Dernière modification : 25/07/2019