logo-ochres

 

Observatoire Chrétien de l'Entreprise et de la Société

L'OCHRES exerce une mission d'observation des problèmes économiques et sociaux, particulièrement de ceux qui relèvent des interactions entre l'entreprise et la société.

 
 
 
 
 
 
 

Résultats du trimestre

Baromètre social chrétien N°79

Synthèse des résultats et des commentaires – 2ème trimestre 2020

 

 

Le nombre de réponses au questionnaire s’élève à 22 dont 16 comportent des commentaires.

 

Ces réponses ont été assez concentrées sur 3 sujets :

Le plan de relance d’Angela Merkel et d’Emmanuel Macron

La crise, entre solidarité et retour des barrières

La France finance largement 12 millions de chômeurs

 

Enfin, 4 autres sujets ont été proposés par les capteurs :

Les déclarations épiscopales en faveur des célébrations publiques

La pénurie de masques en France et ses conséquences

L'allocution d'Emmanuel Macron du 12 mars 2020

La pandémie nous met en face de nos responsabilités, vis-à-vis des jeunes et de l'avenir

 

En classant les événements par ordre de poids donné par les capteurs, nous avons :

 

1. Angela Merkel et Emmanuel Macron relancent le moteur franco-allemand pour sauver l’Europe : Cité 14 fois avec un poids de 30, et avec une appréciation unanimement positive  (+1, 29)

Cet événement a suscité le plus de commentaires, très positifs comme : « Un espoir que l’Europe se réveille : il est temps ». « Bien sûr, ce n’est qu’un frémissement, mais on attendait depuis longtemps ce signal ». « Une grande victoire pour E. Macron d’avoir obtenu d’A. Merkel qu’elle accepte de partager les risques de remboursement des emprunts communautaires ». « Une excellente nouvelle, forte et durable. Dans le contexte que nous connaissons, on voit de nombreuses voix clamer que l'Europe est en panne et durablement…que le Coronavirus va achever les divisions entre Europe du Sud et Europe du Nord…cet accord affirme que la solidarité doit demeurer entre les pays européens au regard de leur endettement, toujours à considérer comme commun. » « La perspective d’une solidarité entre pays européens en cas de crise et d’une progression de l’UE. »

 

2. La crise, propice à une plus grande solidarité, favorise aussi le retour des barrières, des frontières, et le repli sur soi : cité11 fois avec un poids de 26. Les réactions sont partagées mais en définitive plutôt négatives (-0.27 en réalité, et -0.18 en conséquences).

Les capteurs dénoncent surtout la tentation du repli. « C’est grave car ça remet en cause la notion même de solidarité entre les pays et l’absolue nécessité d’une recherche sur le plan international d’un bien commun qui ne peut s’arrêter aux frontières. L’aspect le plus caricatural en est la démolition systématique par le président de la 1ère puissance mondiale de tous les instruments de coopération internationale mis en place au lendemain de la 2de guerre mondiale». Pour un capteur « Le retour des barrières nationales (frontières fermées), et même régionales, a été indispensable. Mais le repli national, allant jusqu'à remettre l'Europe en question, risque d'avoir des conséquences graves, s'il dure ».

Toutefois ce même capteur estime que « au niveau individuel, cette crise n'a pas eu que des aspects négatifs : les manifestations de solidarité d'abord, la remise en question de notre mode de vie, et même un plus fréquent recours à la prière pour certains. Sans parler des conséquences écologiques nettement positives : baisse de la pollution, de la production de CO2… ». Pour un autre, les gestes barrière « sont aussi les moyens de tenir à distance l’Autre, source de contamination possible… C’est précisément l’attitude religieuse que le Christ condamnait, lui qui n’hésitait pas à parler aux étrangers, à aller chez eux et à guérir le lépreux ».

 

3. La France finance largement 12 millions de chômeurs

Cet évènement a été cité 10 fois avec un poids de 23. Les appréciations sont très presque toutes positives, davantage en réalité (+1,10) qu’en conséquences (+0,30).

Les commentaires sont très positifs : « Amortisseur utile et efficace. Devrait conduire à supprimer définitivement les absurdes ukases libéraux adoptés par l’UE sur proposition française concernant le déficit budgétaire et la dette ». Ils saluent la rapidité de la réponse gouvernementale qui illustre l’engagement de la communauté nationale : « On ne peut qu’approuver une attitude humaine et solidaire face à la détresse », « qui a mis le bien commun à la une de nos enjeux ».

Mais il y a des réserves : « On ne peut pas financer très longtemps des millions de personnes car l’argent de l’Etat c’est le nôtre ». « Il va falloir assumer la dette et les remboursements à venir ». « Il y aura des tricheurs, comme toujours ». Ou encore, « en constatant l’accueil très favorable reçu, et les réticences de certains à se remettre au travail, on peut se demander si le travail n’en a pas été encore une fois dévalorisé ».

 

Les autres évènements ont recueilli un nombre plus restreint d’appréciations 

 

4. Le Conseil d’Etat juge illégale et disproportionnée l’interdiction des célébrations religieuses en France : cité 7 fois avec un poids de 12 et une appréciation très positive: (+1,42 / +1,57).

Pour les capteurs, c’est une bonne décision au moment où la liberté religieuse ne leur paraît pas suffisamment garantie dans notre République. « Le Conseil d'État est bien indépendant du gouvernement et il veille à la préservation des libertés publiques. Il vient d’affirmer ainsi que la laïcité à la Française ne doit pas être extrême, que les cultes ont leur place dans la société, que leur exercice ne menace pas la République… tout au contraire. C’est bien ce que nous pensons en tant que chrétiens ». « La décision du Conseil d’Etat dit le droit. Mais aussi elle fait justice à une attente profonde d’une grande partie des fidèles qui trouvent leur viatique dans la célébration commune de l’eucharistie ; et à « l’ADN » d’une institution (l’Eglise) qui, plus que toute autre et depuis le tout début de son existence, a manifesté le souci de la vie et de la santé des hommes…  Vis-à-vis des religions, l’Etat est allé trop loin et, sans cette décision, ses interdictions auraient pu servir de références dans l’avenir ».

 

5. L’alliance entre Netanyahou et Gantz ouvre la voie à une annexion rapide de la vallée du Jourdain et des colonies de Cisjordanie : Cité 6 fois avec un poids de 10 et une appréciation nettement négative en réalité et en conséquences (-1,33)

Les commentaires sont aussi très négatifs : « Grâce à l’aveuglement des Américains qui soutiennent Netanyahou, une page hélas se tourne augurant mal des souffrances des Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie ». « Chasser les Palestiniens de terres qu’ils occupent depuis très longtemps au nom d’une propriété de droit divin du peuple juif sur ces mêmes terres, et ce dans l’indifférence complète de la communauté internationale, me paraît insupportable, même si l’incapacité des responsables palestiniens à parler d’une même voix facilite grandement ces annexions successives ». « Une phase supplémentaire de régression, indiquant la poursuite durable du conflit qui empoisonne le Moyen-Orient ». « Cette situation est contraire au droit international et bafoue les résolutions de l’ONU. L’annexion par Israël des parties les plus fertiles de la Cisjordanie prive le territoire laissé aux Palestiniens de toute possibilité de développement économique… Dès lors deux grandes conséquences en découlent : à court terme de nouvelles raisons de conflit apparaissent ; à plus long terme, une haine durable du monde arabe vis-à-vis de l’Occident ».

 

6. La pandémie fait découvrir certaines réalités de la gestion des personnes âgées: retenu par 5 capteurs, avec un poids de 9 ; il donne lieu à des appréciations dans l’ensemble positives, en réalité (+0,60) et encore plus en conséquences (+ 1,20).

Pour un capteur, « c’est surtout le sens de la mort et de l’accompagnement de la mort qu’il faut continuer de valoriser. Mourir seul, même bien branché sur de l’ultra-technologie, est inhumain. Vite, réhabilitons les aidants et accompagnants contre la solitude ».

 

7. Le président Trump suspend la contribution américaine à l’O.M.S.: a été cité 4 fois avec un poids de 7 ; jugé négativement en réalité (-1,50) et en conséquences (-0,75).

Les commentaires sont très négatifs à l’égard des « méfaits » de Trump « dont le langage plaît à la moitié des Américains et fait craindre qu’il ne gagne un second mandat ». Pour un autre capteur, cette décision, très contraire à la pensée sociale chrétienne, « s’inscrit dans le processus de mise en accusation des institutions mondiales nées après la 2de guerre mondiale… outils indispensables à la coopération internationale… qui sont des pièces maîtresses de la paix. Par ailleurs, l’OMS fait beaucoup pour la réduction de maladies endémiques dans des territoires peu favorisés … Lui couper les vivres risque d’avoir des conséquences concrètes graves pour les populations qui y vivent. Or la contribution américaine annuelle était très substantielle (450 M$ contre par exemple 50 environ pour la Chine). Pour un autre, cela participe « de la résurgence des idéologies nationalistes sacralisant l’égoïsme national »

 

8.Le soutien du professeur Raoult par une partie des Français met en évidence le rejet des autorités établies et des experts : cité 3 fois avec un poids de 7. Les appréciations sont négatives, en réalité, (-1,33) plus qu’en conséquences (-0,67).

Pour un capteur, ce soutien manifeste « l’ignorance profonde de la part d’une large partie de la population… et de beaucoup de responsables, de la nature de la recherche scientifique – en particulier médicale – de son caractère expérimental et de sa déontologie ».

Un capteur distingue trois aspects de cette affaire : l’un médical, sur l’efficacité de la chloroquine, affirmée par le Pr Raoult, contestée par d’autres ; l’autre d’ordre politico-économique, en affirmant que « nous ne sommes pas face à une pandémie, tout juste à une épidémie et plutôt à un simple épiphénomène (comme si c’était une quasi-banale épidémie de grippe), le Pr Raoult rejoint un certain nombre d’hommes politiques (Trump, le président brésilien, Boris Johnson) qui accordent le primat à la santé de leurs économies plutôt qu’à celles de leurs concitoyens » ; l’autre enfin touchant à la société française : « Il semble manifeste que le Pr Raoult a séduit un certain nombre de nos concitoyens et de nos hommes politiques, prompts à avoir un réflexe très gaulois/celte de contestation d’une autorité nationale et d’une parole d’expert officiel… Plutôt que de s’en tenir à une démarche scientifique héritée de Pasteur, on voit nombre de Français de tous niveaux s’en détourner, au profit d’opinions librement émises -mais avec force- par des libres-penseurs à tendance gilets jaunes… ; cela doit malheureusement inquiéter sur l’état de santé, la cohésion de notre société et sur son comportement à venir après retrait du confinement ». Et ce capteur met en cause la responsabilité des médias qui ont contribué à développer la « polémique du gouvernement avec le professeur Raoult », présenté comme ostracisé, et à relativiser les avis d’experts et la parole publique.

Enfin un capteur médecin décrit des résultats positifs de l’hydroxychloroquine mais aussi des côtés négatifs : « On ne peut pas nier l'absence de groupe témoin conséquent dans les études faites par Didier Raoult, qui se comporte un peu en gourou. Les études randomisées publiées en Chine ou aux USA donnent des résultats contradictoires, mais comme pour tous les produits essayés » pour conclure : « tant à la phase initiale de la Covid-19, qu'à la phase secondaire, inflammatoire, il me paraît difficile de clore la polémique sur l'hydroxychloroquine, où en outre il existe peut-être des conflits d'intérêt ».

9.  Le confinement impose le développement du télétravail : cet évènement a été cité 2 fois, avec un poids de 2. Et une évaluation positive (+1,00) .

Pour les capteurs, ce n’est pas la « panacée » à généraliser en permanence mais « cela marche beaucoup mieux que prévu et a permis de limiter les transports tout en facilitant la garde des enfants pour un moment extraordinaire où l’école était en panne. « A suivre… ».

10. La communauté internationale s’accorde pour apporter une aide substantielle à l’Afrique :  Cet évènement n’a pas été retenu

 

11. Sujets ajoutés par certains capteurs :

Un capteur a ajouté comme événement « La pénurie de masques et ses conséquences » avec ce commentaire dénonçant « les annonces mensongères » du gouvernement, affirmant l'inutilité des masques. Pieux mensonges pour préserver un stock insuffisant et protéger les soignants ? Sans doute. En effet la protection a été incomplète pour les soignants…Elle a aussi manqué à beaucoup de personnels qui continuaient à travailler face au public : caissières de supermarché, policiers… La vérité n'aurait-elle pas été meilleure conseillère ? Elle aurait alarmé en temps utile les entreprises et le public qui auraient commencé beaucoup plus tôt la fabrication de masques. En outre, l'affirmation de l'inutilité des masques a jeté un doute prolongé sur leur efficacité, doute qui se manifeste encore maintenant.

Dans le même esprit, la distance de sécurité à 1 mètre (origine OMS ?) annoncée en France est véritablement minimale : l'Allemagne, l'Australie ou la Belgique exigent 1,5 m, les Etats-Unis 1,8 m (6 pieds), la Suisse 2 m et une étude récente du MIT (JAMA, 26 mars 2020) a même montré que la transmission pouvait aller jusqu'à 8 m ! »

 

Deux capteurs ont fait un commentaire général sur la crise actuelle :

 

Pour l’un, la pandémie a été exagérée au point d’entraîner une pire crise économique : « Nous sommes entrés, depuis la prise en compte du stupide principe de précaution, assorti de droits de retraits en tous genres, dans une civilisation de la trouille. On peut se demander, dans ces conditions combien de résistants auraient résisté pendant la guerre ? Pour quelques milliers de morts, certes bien tristes, on n’hésite pas en toute bonne conscience, à mettre sur le pavé des centaines de milliers de chômeurs, et à enregistrer faillites, dépressions, suicides, etc… En 1969, la grippe de Hong Kong a fait 30 000 morts en France… Et pourtant, personne n’a été confiné, et l’économie a continué de tourner. La vie est en elle-même un risque permanent, avec en outre un risque certain : la mort à terme. Faut-il pour autant arrêter les avions, trains, les usines, fermer les bureaux, les forêts, les plages et les parcs ? … Je donne ici le sentiment d’un homme de 77 ans qui est en principe particulièrement visé par le virus, mais qui croit à la Vie éternelle ! »

 

Pour l’autre, elle pose en bloc tous les défis auxquels l’humanité se trouve confrontée : « Après la crise écologique avec le réchauffement climatique, la crise financière de 2008 qui faillit culbuter l’économie mondiale, voici la crise sanitaire qui met en péril l’ensemble des populations du monde.

Faut-il alors verser dans le catastrophisme ou reste-t-il possible de garder l’espérance dans la construction d’une Terre habitable, belle et fraternelle ? » Ces crises globalisées rendent nécessaire l’instauration d’un système de gouvernance mondiale respectueuse du maintien de la diversité des peuples et des cultures comme le propose l’Eglise depuis le concile Vatican II mais deux grandes forces antagonistes s’y opposent : une régulation par le seul marché libéral fonctionnant selon les règles de la finance mondialisée, accroissant les inégalités économiques et sociales, et la résurgence des idéologies nationalistes sacralisant l’égoïsme national comme on le voit renaitre partout en Europe et aux USA. « Comment s’opposer efficacement aujourd’hui à ces deux grandes forces ? L’Eglise, en tant que puissance spirituelle et éducatrice des peuples, peut-elle nous y aider ? »

 

 

C. Robert - F. Malrieu

 

                                 

 

 

 
Dernière modification : 08/07/2020