logo-ochres

 

Observatoire Chrétien de l'Entreprise et de la Société

L'OCHRES exerce une mission d'observation des problèmes économiques et sociaux, particulièrement de ceux qui relèvent des interactions entre l'entreprise et la société.

 
 
 
 
 
 
 > ACTUALITES > Editorial
 

Élections françaises et Synode sur la synodalité : regard sur deux exercices « démocratiques »

 

Nous avons vécu ces derniers mois en France deux processus démocratiques ouverts à tous, les élections, présidentielle et législatives, et dans l’Église, le Synode sur la synodalité, dont la phase française est en passe de s’achever. Ces deux processus sont intervenus dans deux « grands corps malades ».

Les élections politiques se sont déroulées comme d’habitude, avec les caractéristiques suivantes : des propositions majoritairement venues d’en-haut, dans des programmes conçus par les appareils, destinés davantage à séduire des groupes d’intérêt qu’à chercher le bien de tous ; peu de dialogue, peu de débats ; une médiatisation axée souvent sur la recherche de la formule, de la caricature, du déséquilibre de l’adversaire ; des candidats désignés par des mécanismes obscurs, … Le résultat global laisse une impression d’insatisfaction et l’on tend à n’en retenir d’abord que l’abstention de plus en plus marquée du corps électoral, qui dessine une démocratie branlante.

Le Synode sur la synodalité a procédé de manière totalement différente, partant de la base à la faveur d’ateliers permettant à des personnes se connaissant peu, sinon pas, d’échanger, puis de tirer des propositions concrètes de ces échanges. Tout le champ du fonctionnement de l’Église était ouvert ; la parole y était libre. Une restitution fidèle en a été faite dans le diocèse de Paris (d’autres aussi), de sorte que chaque paroisse peut dès maintenant se saisir des propositions, sans attendre la grande synthèse proposée au Pape (automne 2023). Il y a eu un peu de pression médiatique pour imposer certains thèmes, mais globalement, la démarche a été respectueuse des expressions de chacun ; et, soyons honnêtes, la participation n’a pas été phénoménale. Le résultat, ce sont évidemment des propositions et suggestions multiples, parfois contradictoires, … Mais c’est d’abord le constat que, dans ces ateliers, des fidèles d’opinions très différentes se sont montrés capables de s’écouter, de mieux comprendre les choix des autres et de produire un résultat.

Ce constat est encourageant quant à la réussite possible d’une consultation populaire, y compris de grande ampleur. Il y faut sans doute des principes directeurs élevés. On notera quelques extraits de la charte des relecteurs du diocèse de Paris : Aimer l’Église et avoir le désir de la rendre plus belle et plus sainte ; rester fidèle à l’esprit des contributions des groupes, sans partialité, sans idéologie, sans conflit d’intérêt… ; ne pas utiliser le synode pour pousser ses revendications personnelles, … ; accepter le discernement pratiqué… Ces principes ont aussi guidé beaucoup de participants. Ils révèlent un état d’esprit et une volonté de bien faire dont pourraient utilement s’inspirer les dirigeants politiques.

 

Hervé L’Huillier

 

 
Dernière modification : 27/06/2022