logo-ochres

 

Observatoire Chrétien de l'Entreprise et de la Société

L'OCHRES exerce une mission d'observation des problèmes économiques et sociaux, particulièrement de ceux qui relèvent des interactions entre l'entreprise et la société.

 
 
 
 
 
 
 > ACTUALITES > Editorial
 

Par-delà le tragique

 

 

Parfois, souvent même, nous désespérons de ce monde. Assez naturellement enclins à en observer ce qui ne va pas et ce qui nous semble aller de moins en moins bien, nous nous sentons démunis et incapables de diffuser des motifs d’espoir.

Pourtant l’évolution de la guerre que la Russie mène en Ukraine et les conséquences qui en découlent mettent au jour, en les maltraitant certes, les nombreuses et prometteuses interdépendances que des institutions et organismes divers ont réussi à construire ces dernières décennies. Elle montre à quel point la solidarité internationale est un bien précieux mais fragile, que la déraison meurtrière d’un seul dirigeant peut foudroyer.

En quelques mois, beaucoup de collaborations internationales dans les domaines culturels, économiques, spirituels même, ont été affaiblies, sinon défaites ; des chaînes de la faim se sont installées ; les relations nord-sud se sont dégradées ; des dépenses militaires sont devenues prioritaires ; des objectifs communs sur le climat sont différés ; des logiques nationalistes se sont réveillées ; …

Pendant des années, le monde avait progressé sur ces axes, rendant possible une solidarité des peuples dont on parle encore en des termes encourageants : destin commun, fraternité, …, car on ne veut pas se résoudre à la voir disparaître. La tourmente actuelle, si aiguë et inquiétante soit-elle, ne devrait pas nous faire oublier que l’homme d’aujourd’hui a été capable de ces avancées, malgré des contextes adverses. Il en est encore capable. Comme l’écrivait Gabriel Marcel (1): « si redoutables que soient ces perspectives, nous sommes tenus de regarder le défaitisme comme un piège dont nous avons à nous garder, c’est-à-dire que nous n’avons pas le droit de nous installer dans la certitude du pire, … ». Nous autres chrétiens savons que la spirale infernale n’est pas l’avenir de l’homme. Car, même si le réalisme pragmatique le séduit, toujours le désir du mieux l’habite.

 

Hervé l’Huillier

 

 

 
Dernière modification : 28/10/2022