logo-ochres

 

Observatoire Chrétien de l'Entreprise et de la Société

L'OCHRES exerce une mission d'observation des problèmes économiques et sociaux, particulièrement de ceux qui relèvent des interactions entre l'entreprise et la société.

 
 
 
 
 
 
 > ACTUALITES > Editorial
 

Le Débat du 11 Février 2023

Des conservateurs aux progressistes tous les catholiques peuvent ils s’unir pour un témoignage renouvelé ? 

 

Tel est le sujet d’un débat organisé par l’OCHRES le 11 février prochain avec Michel Camdessus, Philippe d’Iribarne, Isabelle de Gaulmyn (rédactrice en chef à La Croix, présidente des Semaines sociales), qui se tiendra dans la crypte de Saint-Pierre du Gros-Caillou à Paris

 

Le déclin, qui pourrait devenir mortel, du nombre de pratiquants et des vocations dans l’Église de France vient principalement, selon Andréa Riccardi, de ce que l’Église est devenue inutile à la vie et ignorée de la plupart des hommes d’aujourd’hui. Les laïcs catholiques portent une lourde responsabilité lorsque leurs vies ne les différencient en rien ou qu’ils se taisent sur leur foi. 

Or les progressistes veulent poser question par leur vie, les conservateurs par leur parole. 

Mais les progressistes jugent les conservateurs « identitaires » et ceux-ci les accusent d’être « sécularisés ». La foi et l’attachement à l’Église des conservateurs, la civilisation de l’amour des progressistes ne sont- ils pas complémentaires ? 

Au lieu de s’opposer ou de s’ignorer les deux sensibilités progressistes et conservatrices peuvent-elles s’associer pour répondre à deux questions :

A quelles aspirations d’aujourd’hui le christianisme peut-il répondre ? 

De quel cœur de la Foi chrétienne témoigner ? 

 

Faut- il « s’enfouir » entre soi ou dans le monde ou bien plutôt associer partage et parole ?  Devant la totale ignorance du christianisme, la parole n’est- elle pas devenue indispensable ? Une parole qui ne sera pas prosélyte si elle vient du cœur : Si vous avez Jésus dans le cœur, il ne tardera pas à être sur vos lèvres » (St. François de Sales).

 

Faut il suivre ceux qui proposent de dire le fondement intime de sa foi, ce qui susciterait une alliance entre chrétiens de sensibilités différentes et l’attention de non croyants ?  

Peut- on mener dans le monde une lutte minoritaire et donc « prophétique », à la fois pour la justice et pour la défense de la vie ? 

Les chrétiens peuvent-ils prendre davantage encore leur part dans des activités fraternelles réunissant croyants et incroyants, en laissant transparaître la promesse qui les fait vivre ? 

 

Jamais Dieu sans l’homme, jamais l’homme sans Dieu dit Paul Valadier sj.: la première recommandation n’est- elle pas utile aux conservateurs, la seconde aux progressistes ?  

 

 

 

 

 

 

 

 
Dernière modification : 17/12/2022